Existe- il des fractions au sein du leadership Corée du Nord?

Dans le passé, les médias occidentaux et japonais ont toujours cru qu’il existait et qu’il existe des fractions en Corée du Nord au sein de l’establishment nord-coréen. Comme argument, ces mêmes analystes évoquaient les éventuelles disputes entre les élites nord-coréennes (le faux coup d’état de 1985, le silence de la Corée du Nord entre 1994 et 1997,…). Qu’en est-il en réalité ?

Historiquement parlant, Kim Il Sung était sensible à la question des fractions en Corée du Nord. Dès la fin de la Guerre de Corée (si on peut parler de fin…), il s’en prend aux fractions internes, aux fractions chinoises (Ah ! Ces fameux amis chinois…) et russes. Arrive aussi l’année 1956 et le congrès du Parti Communiste Soviétique, où sont critiqués les manœuvres du père de Kim Il Sung, pardon de Joseph Staline. S’en suit aussi la succession raté de Mao et la bande des quatre -四人帮 –  (qui elle aussi ne finira pas idéalement…)

Tout cela, Kim Il Sung  le prends en compte en nominant, et en faisant confiance, qu’à ses proches, qu’à ceux avec qui il a lutté lors de la Guerre de Corée. Tous les autres sont soit exécutés, soit envoyés loin de la capitale pour au moins quelques années. Personne ne peut se sentir sain et sauf à Pyongyang, personne excepté la famille de Kim Il Sung qui est protégé par un décret du Parti du Travail Coréen.

Le seul qui ait face à Kim Jong Il fut Jang Song Thaek, celui-ci était un adversaire important de Kim Jong Il, car non seulement il était brillant mais en plus la fille de Kim Il Sung (Kim Kyung Hee) en était éperdument amoureuse. Un véritable casse tête pour Kim Jong Il. Celui-ci du attendre le décès de Kim Il Sung pour pouvoir exilé Jang Song Thaek (ce qui eu lieu en 2004). Celui-ci revint sur les devant de la scène politique nord-coréenne en 2007.

Jang Song Thaek (un homme politique, un homme d’affaires et un militaire, source de l’illustration: The Telegraph)

Peut-on parler d’autres fractions en Corée du Nord ? Je ne crois pas : il n’y a pas de leaders nord-coréens qui aient réussi à installer leurs proches dans toutes les structures cruciales concernant le fonctionnement de la Corée du Nord. Le seul qui ait réellement réussi soit Jang Song Thaek. Néanmoins cela ne signifie pas que l’on n’a pas des familles qui soient présentes dans plusieurs structures économiques, militaires et politiques de la Corée du Nord mais sans occuper de postes réellement clés (je pense ici tout particulièrement aux familles de Kim Yong Nam, de O Kuk Ryol et de Kang Sok Ju).

Advertisements

1 Comment

  1. Je vois en gros trois courants principaux en Coree du Nord: la “Juche line”, la “Sunshine line”, et la “Beijing line” – respectivement les ‘purs et durs’ independants (en crise chronique car intenable), les partisans d’un apaisement avec le Sud, et les ‘collabos’ avec la Chine. Jang a fait le menage et semble desormais rouler pour Pekin.

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s