Comment analyser la politique militaire de la Corée du Nord ?

En la journée du 30 mars, les médias nord-coréens ont issus un document indiquant que les Corées sont en état de guerre. Oui et donc ? Quelque chose de nouveau ? Non, depuis la fin de la Guerre de Corée, les deux Corées sont toujours en état de guerre.

li-kim-jong-un-620

Kim Jong Eun dans le cadre d’une de ses inspections (source: KCNA)

Ci-dessous, la version anglaise du texte de l’Agence de Presse nord-coréenne

The moves of the U.S. imperialists to violate the sovereignty of the DPRK and encroach upon its supreme interests have entered an extremely grave phase. Under this situation, the dear respected Marshal Kim Jong Un, brilliant commander of Mt. Paektu, convened an urgent operation meeting on the performance of duty of the Strategic Rocket Force of the Korean People’s Army for firepower strike and finally examined and ratified a plan for firepower strike.

The important decision made by him is the declaration of a do-or-die battle to provide an epochal occasion for putting an end to the history of the long-standing showdown with the U.S. and opening a new era. It is also a last warning of justice served to the U.S., south Korean group and other anti-reunification hostile forces. The decision reflects the strong will of the army and people of the DPRK to annihilate the enemies.

Now the heroic service personnel and all other people of the DPRK are full of surging anger at the U.S. imperialists’ reckless war provocation moves, and the strong will to turn out as one in the death-defying battle with the enemies and achieve a final victory of the great war for national reunification true to the important decision made by Kim Jong Un.

Qu’en est t-il alors ? A travers les points suivants, je vous propose d’analyser le comportement nord-coréen.

Un comportement que l’on peut anticiper

Si l’on remonte dans le passé, et lus particulièrement dans les six derniers mois, un telle agressivité nord-coréenne était à prévoir et cela pour les raisons suivantes :

1. Des changements de cadres

L’année dernière, Kim Jong Gal, vice-maréchal de l’armée nord-coréenne a été démis de ses fonctions. Il s’est vu remplacé par Kim Kyok Shik, un général réputé pour son comportement militaire et une personne qui est capable de diriger une armée ainsi que de faire des affaires avec des partenaires étrangers (Kim Kyok Shik s’est notamment rendu en Afrique pour vendre le savoir-faire nord-coréen dans le domaine des armes, il a signé des transactions notamment au Burundi et en Ouganda). A cela s’ajoute la réapparition du général Kim Yong Chol, qui est tenu responsable (du moins par les autorités sud-coréennes) en ce qui concerne l’attaque de l’ile de Yongpyeong du 23 novembre 2010). Citons aussi la personne de Kim Kyong Ok, un homme politique nord-coréen qui est responsable du dossier de la propagande au sein du parti. Il est également dorénavant militaire.

2. L’anniversaire de Kim Il Sung : une festivité à honorer

Le 14 avril aura lieu l’anniversaire du défunt Kim Il Sung, le créateur du système nord-coréen. Chaque année les organes de propagande accroient la portée d’un événement particulier. L’année dernière, la Corée du Nord a essaye de lancer un satellite. Cet essai devait avoir lieu pour l’occasion de l’anniversaire de Kim Il Sung. Il s’est avère être un échec.

3. Une nécessitée technologique

Pour des raisons technologiques (la Corée du Nord doit « tester » le plutonium qu’elle possède), la Corée du Nord est oblige d’effectuer à nouveau des essais nucléaires (afin également de légitimisme le pouvoir et le system kimilsungien). Pour cela, elle se doit de trouver un prétexte. Celui-ci  est bien entendu l’organisation des manœuvres américaines (le vol des bombardiers B52 sur la Péninsule Coréenne). Grace à cela et afin de préserver sa souveraineté, la Corée du Nord se voit dans l’obligation d’effectuer un test.

4. Les Etats Unis sont dans une situation sans-issu

Les Etats-Unis sont également dans l’obligation d’intervenir en Corée du Nord. Si les américains veulent maintenir (ou au moins prouver) leur domination en Asie du Nord-est, alors ils sont obliges de préparer des opérations contre la Corée du Nord. Un effet boule de neige se forme alors, car chaque manœuvre américaine est reprise comme une agression contre la Corée du Nord qui à son tour hausse le ton et bis répétita. Le tout est bien sur observer par les chinois qui essaient de négocier secrètement avec la Corée du Nord (des rencontres se sont tenus la semaine dernière : des rumeurs affirment que Jang Song Thaek et Ri Gun seraient en pourparlers avec les chinois)

5. Une menace limitée ?

La semaine dernière, la Corée du Sud a été victime d’attaques informatiques. Des sites informant sur la situation en Corée du Nord (par exemple  dailynk.com) ont été attaques. Pour l’instant nous n’avons pas de preuves que les nord-coréens soient responsables de ces opérations. Certains estiment même que les sud-coréens ont peut être pirates leurs propres  sites afin d’attirer l’attention. Info ou intox ? La réponse n’est pas primordiale, néanmoins attendons d’avoir des preuves tangibles avant le critiquer la Corée du Nord. Je souhaiterais ajouter que des analystes qui viennent de rentrer de Pyongyang m’ont dit que tout est normal en Coree du Nord.

Et si une guerre éclatait en Corée ?

Un conflit d’une telle ampleur aurait des répercussions inimaginables sur la population coréenne. Un conflit priât peu probable. L’armée nord-coréenne est préparée à une courte attaque mais pas à une guerre de longue durée. Une guerre ne serait pas dans l’intérêt des élites nord-coréennes. Celles-ci gèrent des projets financiers en Corée du Nord et les profits qu’elles extirpent sont nettement supérieurs au profit que la Corée du Nord pourrait tirer d’un conflit avec la Corée du Sud. La Corée du Nord ne bénéficierait pas également du soutien chinois. La Chine en effet a pour but de voir une Corée affaiblie, un conflit serait même dans l’intérêt de la Chine ! Le seul problème chinois, ce sont les installations nucléaires nord-coréennes, qui pourrait alors passe sous le contrôle de groupes instables. Ce sujet préoccupe le plus les élites chinoises.

Les medias sud-coréens ne croient pas au conflit, il semblerait que ce soit les medias occiendetaux qui se préoccupent plus de ce problème ! Cela peut être fin d’éviter de parler de problèmes plus graves comme par exemple la bulle financière qui se forme en Europe…une autre affaire à suivre…

presse

Une panique limitée en Corée du Sud: ci-contre la couverture du Chosun Ilbo: veuillez remarquer que la menace nord-coréenne ne constitue pas le premier titre.

Advertisements

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s