Kim Jong-ju: le premier dauphin de Kim Il-sung

Qui aurait pu le croire ? Kim Jong-ju, le frère cadet de Kim Il-sung aurait pu être le successeur de son père….sauf que…

Avant d’en venir à ce point crucial de l’histoire nord-coréenne, petit retour en arrière. En 1920, cela fait 8 ans qu’est né Kim Il-sung, le « président éternel » nord-coréen. En cette année naquit justement le petit Kim Jong-ju. Grace à ses parents et au soutien soviétique, il fut envoyé à Moscou pour y faire des études d’économie et de sciences politiques à L’Université de la Capitale Soviétique. A son retour en Corée, il travailla avec Kim Il-sung lors de la Guerre de Corée. Lorsque l’armistice fut signé en 1953, Kim Jong-ju devint secrétaire du département de l’Organisation et de la Direction (DOD) du Parti du Travail Coréen. C’est justement à cette période que Kim Il-sung hésita à nommer son frère comme successeur, en effet Kim Il-sung se rendait déjà compte que ne pas nommer de successeur pouvait ne pas garantir la viabilité de son régime. La nomination d’un successeur permettait également de pérenniser l’idéologie kimilsungienne. Dans les années 60, Kim Jong-ju proposa à Kim Il-sung de recruter Kim Jong-il au sein du DOD. C’est alors que l’histoire prit une tournure qui étonna Kim Jong-ju.

Kim Jong-ju (1920-...)
Kim Jong-ju (1920-…)

A partir de cette époque, Kim Jong-ju qui était encore une figure montante du PTC (il représentait entre autre la Corée du Nord dans le cadre de rencontres avec la Corée du Sud, il se rendit maintes fois en Europe Centrale,…) commença à tomber malade. Petit à petit Kim Jong-il fit son nid, en accroissant son pouvoir exécutif qui nul ne pouvait réellement contester (étant le fils de Kim Il-sung).

Dans la moitié des années 70, Kim Jong-ju fut démis de ses fonctions pour « raisons de santé ». Kim Jong-ju en effet avait des problèmes cardiaques, envoyé souvent en traitement en Hongrie et Roumanie, il devait être remplacé et cela par Kim Jong-il. En 1974, le Bureau Politique du Pari du Travail Coréen entérina officiellement Kim Jong-ju et accepta la nomination de Kim Jong-il en tant que successeur de Kim Il-sung.

Kim Jong-ju (TV de la RPDC)
Kim Jong-ju (TV de la RPDC)

A la même époque, Kim Jong-il purgea également toute sa famille « latérale ». Hors il s’avéra, que Kim Jong-ju, et ses alliés, étaient proches de celle-ci. Ce fut finalement le clou final, la chute du frère cadet et de sa clique. Kim Jong-ju perdit tout ses postes (Kim Il-sung était trop impuissant pour le protéger) et fut envoyé hors de Pyongyang.  C’est ainsi que fut purgé le mauvais sang familal.

En 1990, Kim Jong-ju réapparu sur la scène politique en tant que secrétaire adjoint de l’Assemblée Populaire Suprême (l’assemblée nationale nord-coréenne – APS). Pourquoi me direz-vous ? Kim Jong-il qui était déjà officiellement le successeur de son père depuis 1980 (une motion fut adoptée au 6ème congrès du PTC en septembre 1980), fit une faveur à son père en rappelant Kim Jong-ju (ainsi que certains membres de la famille latérale de Kim Jong-il y-compris Kim Sung-ae, Kim Kyung-jin, Kim Pyong-il, Kim Yong-il,…).

Depuis Kim Jong-ju (toujours vivant) est rarement visible. On a pu le voir il y’a deux ans aux élections des députés de  l’APS lors d’une coupure de la télévision nord-coréenne.

Ce bon vivant qui apprécia Kim Jong-il paya cher sa loyauté envers Kim Jong-il.

Advertisements

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s