Est-ce que les nord-coréens fuient effectivement la Corée du Nord ?

Les médias grouillent d’informations concernant les fuites de nord-coréens. Il y’a deux ans c’est une fille d’un fonctionnaire du Ministère de la Sécurité Publique qui a été déclarée comme en fuite après avoir quitter la ville de Pékin où elle était lycéenne (plus probablement étudiante). Il y’a un an un étudiant nord-coréen (dont la famille aurait été liée à la clique de Jang Sung-thaek) qui se serait enfuit de Paris.

Les médias évoquent aussi ponctuellement le sort et les difficultés d’adaptation des 25 000 nord-coréens qui habitent actuellement en Corée du Sud. Cependant il faut savoir que de nombreux autres nord-coréens quittent de manière définitive la Corée du Nord. Ces nord-coréens n’appartiennent pas à la population « de base » nord-coréenne mais à l’intelligentsia de ce pays. Il est intéressant également de relever que ces « élites » ne s’enfuient pas de Corée du Nord, mais profitent d’une escapade à l’étranger pour ne pas rentrer dans leur pays. En général, ces fuites d’élites ont lieu à l’étranger. C’est ainsi que de nombreux fonctionnaires commerciaux de sociétés nord-coréennes se sont enfuit alors qu’ils étaient par exemple en mission en Chine ou en Russie.

On connait aussi le cas de fuites de travailleurs nord-coréens (tout particulièrement dans le domaine du bâtiment) basés en Europe et en Russie. Les jolies serveuses des restaurants. Il serait même probable que la fermeture du restaurant nord-coréen aux Pays-Bas aurait été à mettre en relation avec les envies de fuites de l’équipe nord-coréenne qui y était employée. On sait que certaines serveuses ont fuit de leurs restaurants en Chine et au Cambodge. Difficile de dire ou celles-ci sont actuellement. Difficile également de dire, si celles-ci sont réellement en fuite où si celles-ci se sont « enfuîtes » afin de changer de rôle et de devenir espion pour les comptes de Pyongyang. Difficile de dire aussi si certaines élites nord-coréennes que l’on considère comme mortes ne sont pas en réalité en fuite ou en exil. En effet selon des sources sud-coréennes, des fonctionnaires nord-coréens  qui seraient responsables de la politique monétaire inflationniste de la Corée du Nord auraient été récemment vus en Europe…info ? Intox ? Cela n’a pas réellement d’importance, ce qui est crucial ici, c’est que nous continuons de mal connaitre les élites nord-coréennes en sous-estimant les scénarios présentés ci-dessus.

File - In this April 10, 2007 file photo, Hwang Jang-yop, a former senior member of the North Korea's ruling Workers' Party who defected to South Korea in 1997, salutes during the Committee for Democratization of North Korea in Seoul, South Korea. A police official said Sunday, Oct. 10, 2010 that Hwang, 88, had died, but could not offer any additional details. South Korea's YTN television and Yonhap news agency both reported the death with YTN reporting he was found dead at his home in Seoul. (AP Photo/Ahn Young-joon, File)
File – In this April 10, 2007 file photo, Hwang Jang-yop, a former senior member of the North Korea’s ruling Workers’ Party who defected to South Korea in 1997, salutes during the Committee for Democratization of North Korea in Seoul, South Korea. A police official said Sunday, Oct. 10, 2010 that Hwang, 88, had died, but could not offer any additional details. South Korea’s YTN television and Yonhap news agency both reported the death with YTN reporting he was found dead at his home in Seoul. (AP Photo/Ahn Young-joon, File)

Une des élites nord-coréennes des plus célèbres qui ait quitté la Corée du Nord est Ri Han-yong (1960-1997). Ce jeune homme qui était le fils de Song Hye-rang (la sœur de Song Hye-rim, une maitresse de Kim Jong-il) a refusé de revenir de Corée du Nord en 1982 (admirez la jeunesse de cet homme !) et cela malgré la richesse de sa vie (il habitait dans de belles résidences nord-coréennes en Europe, passa ses vacances en Europe (notamment en Pologne, Hongrie et France). Après 1982, il habita en Corée du Nord, pays dans lequel il aurait été assassiné par les services secrets nord-coréens en 1997 (ce qui est peu probable selon moi) en représailles à la suite de la fuite de l’idéologue du Parti du Travail nord-coréen Hwang Yang-yop. A titre de curiosité saviez-vous que la télévision sud-coréenne a réalisé un film à son sujet ? Celui-ci est apparu sur les écrans sud-coréens en mars 2015.

Je souhaiterais également souligner que la notion de « fuite » doit être extrêmement prise avec des pincettes. Ces gens cherchent-ils à fuir leur pays ou plutôt à refaire leur vie ailleurs ? Est-ce que par exemple un français qui part travailler hors de l’Hexagone fuit la France ? Ne tente-il pas uniquement de se former une nouvelle vie hors des frontières de leur territoire?

La question qui reste donc fondamentale ici est la suivante : quelles sont les raisons qui poussent à la fuite en Corée du Nord ? Cette « fuite » possède dans ses lettres l’idée de lâcheté, de peur, de refus de faire face à la réalité. Ces fuyards ne seraient-ils pas plutôt des « defectors » c’est –à-dire des gens qui « refusent » d’adhérer au système politique nord-coréen ? Non, je ne le crois pas, je pense plutôt que ce sont des émigrés clandestins qui quittent illégalement leurs pays (au sens propre du terme).

Au travers des lignes précédentes, je cherchais à démontrer que ces élites qui selon la stylistique journalistique, ne cherchent en vérité qu’à changer de vie : ceci ne peut être souligné par les médias, ce qui doit être mis en évidence, ce sont tout particulièrement les raisons du départ.

Advertisements

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s