Fin de l’adage lèvres et dents entre la Corée du Nord et la Chine ?

Choe Ryong-hae le représentant du Parti du Travail nord-coréen s’est rendu en Chine à l’occasion de la parade militaire du 3 septembre à l’occasion du 70ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale – la reddition de l’ennemi japonais, allé des nazis allemands, avait été signé le 2 septembre 1945. Choe Ryong-hae était loin du leader chinois Xi Jinping aui préférait être entouré de Vladimir Poutine le leader russe et de Park Geun-hye, la présidente sud-coréenne.

Choe Ryong-hae (encerclé en vert) loin derrière Xi Jinping (centre), Vladimir Poutine (à gauche du leader chinois) et de Mme Park Geun-hye (à droite du leader chinois) .
Choe Ryong-hae (encerclé en vert) loin derrière Xi Jinping (centre), Vladimir Poutine (à gauche du leader chinois) et de Mme Park Geun-hye (à droite du leader chinois) .

Lors de cette parade Choe Ryong-hae a pu observer les nouveautés de l’arsenal militaire chinois (notamment le missile à tête conventionnel DF-26 non-nucléaire d’une portée de 3500 kilomètres ou le Dongfeng), un arsenal pouvant être utilisé en cas d’attaque sur la Corée du Nord, ce que je ne sous-estimerais pas prenant en compte les difficiles relations entre la Pyongyang et Pékin. Malgré de nombreuses visites secrètes de délégations chinoises en Corée du Nord, les relations entre les deux pays se sont aggravées pour de nombreuses raisons (notamment par le fait que la Corée du Nord n’informe pas la Chine de ses essais nucléaires, que Pyongyang ne rembourse pas ses dettes…).

Choe Ryong-hae seul et loin sur la tribune officielle...
Choe Ryong-hae seul et loin sur la tribune officielle…

Comme l’affirme le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi « ne tolèrerait pas de fauteurs de trouble à sa porte »[1]L’éviction de Zhou Yongfang (l’ancien émissaire chinois concernant le dossier nord-coréen) n’arrange également pas les choses…surtout si l’on écoute les paroles d’Antoine Bondaz, un des mes collègues francophone spécialiste du monde chinois, qui affirme que « Pékin devrait ainsi abandonner sa “politique de non-intervention” et développer un système d’ “intervention limitée” afin de servir son intérêt national. »

Zhou Yongkang (entouré de vert)
Zhou Yongkang (entouré de vert)

Longtemps définis comme lèvres et dents, les relations entre la Chine et la Corée du Nord ont bien changé. La méfiance est de mise entre les deux pays et cela depuis fort longtemps, veuillew remarquer que la Chine n’envoit pas d’entreprises d’état en Corée du Nord…(excepté Heuimang Investments Group et l’entreprise China Railways Investments Group)

Finalement comme le dit l’adage chinois 唇亡齿寒, chunwang chihan, « sans lèvres, les dents ont froid », si les lèvres étaient chinoises et que les dents sont nord-coréennes, alors je chercherais des lèvres ailleurs, plutôt du côté de Moscou…

REFERENCE

[1] « China Warns against «Troublemaking» on Korean Peninsula », Reuters, 7 avril 2013. Cité par Antoine Bondaz dans La Chine débat de sa relation avec la Corée du Nord, China Analysis, Octobre 2013.

Advertisements

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s