Analyse des personnalités nord-coréennes présentes aux festivités des 70 ans du Parti du Travail Coréen

N’ayant pas fait parti des convives du 70ème  anniversaire de la formation du Parti du Travail Coréen (le Parti Communiste nord-coréen), j’ai du me contenter de regarder les 2 heures 171 minutes des festivités via la télévision russe.

En ce 10 octobre 2015, Le temps était radieux à Pyongyang. De nombreuses délégations étrangères qui ont du financer partiellement leur séjour en Corée du Nord ont du être surprises par l’aspect symbolique des cérémonies. Cependant en observant l’événement, l’observateur avertit a put noter la présence de revenants du Parti du Travail Coréen (le Parti Communiste nord-coréen) et de l’Armée Populaire de Corée.

Par souci de clarté, definissons le concept de revenant. De manière régulière, les médias (y compris moi-même) nous informent de la « disparition » d’élites nord-coréennes. Ces médias commettent une erreur « fatale » qui a pour origine une incompréhension partielle de la nature du régime nord-coréen. Sans en revenir aux détails, il existe en Corée du Nord un système de « rotation d’élites » qui fait que les élites nord-coréennes changent de postes politiques de manière régulière afin que celles-ci ne puissent créer de factions au sein de l’organisation principales à laquelle ceux-ci sont attachés. C’est pourquoi, de manière régulière, les « valets » de Kim Jong-eun disparaissent de la scène politique et réapparraissent quelques mois ou années plus tard. Le dernier disparu réapparu est Ma Won-chun (j’avais prédis dans le passé que celui-ci allait revenir sur les devants de la scène politique nord-coréenne).

Certaines de ces élites qui disparaissent héritent soit de fonctions symboliques (comme Ri Yong-mu, Kim Yong-ju), soit de fonctions importantes mais de second degré (comme Kim Jong-gak, l’ancien directeur du bureau politique de l’armée devenu recteur de l’Académie Militaire Kim Il-sung), soit des fonctions importantes mais cachées (par exemple dans des sociétés de commerce international, dans des départements du PTC). Quelle conclusion peut-on tirer ? Nous pouvons donc en déduire que les cérémonies officielles constituent un moment idéal pour voir si ces élites sont revenus dans le cercle des plus proches de Kim Jong-eun. Ajoutons à cela que l’origine de cette rotation des postes (que j’ai décris de manière plus approfondi dans un texte de ma plume pour le site anglophone sinonk.com) est soviétique et est appliqué depuis la formation du système politique en Union Soviétique.

Les festivités du 70ème anniversaire du PTC ont donc été un moment important pour déterminer les retours éventuels de certaines élites. On a pu y observer des retours surprenants comme le montre l’analyse en image suivante.

Photographies et commentaires

Hwang Pyong-so (1), Kim Jong-eun (2), Liu Yushan (3), Kim Ki-nam (4), Choe Ryong-hae (5), Choe Thae-bok (6), Kim Yang-gon (7), Pak Pong-ju (8), O Su-yong (9), Kim Pyong-phae (10)
Hwang Pyong-so (1), Kim Jong-eun (2), Liu Yushan (3), Kim Ki-nam (4), Choe Ryong-hae (5), Choe Thae-bok (6), Kim Yang-gon (7), Pak Pong-ju (8), O Su-yong (9), Kim Pyong-phae (10)
Kim Jong-gak
Kim Jong-gak (1), Ri Pyong-sam (2), Ri Myong-su (3). Certains croyaient Kim Jong-gak pour mort.
Kim Yo-jong
Kim Yo-jong (en vert). La soeur cadette de Kim Jong-eun
Kim Yong-chol
Kim Yong-chol, responsable du bureau de la reconnaissance de l’APC. Responsable de l’attaque de Cheonan. Un dur de l’APC.

Conclusions choisies

  • A droite de Kim Jong-eun on a pu symboliquement remarquer la présence du Secrétaire du Département de la Propagande du Parti Communiste chinois Liu Yushan. Ceci est purement symbolique. Les relations entre les deux pays sont exécrables et « grosso modo » se limitent aux investissements de sociétés privées chinoises en Coré du Nord.
  • Pas de russes aux côtés de Kim Jong-eun. Pour une raison très simple. Kim Jong-eun (et ses conseillers) voulait recadre les relations entre la Corée du Nord et la Russie et les mettant au second plan.
  • On peut penser qu’un changement de premier ministre en Corée aura lieu, Pak Pong-ju semble être très affaibli. De nombreuses personnalités nord-coréennes souffrent de divers troubles de santé. Par exemple Kang Sok-ju (le vice ministre des affaires étrangères, un des plus proches de Kim Jong-eun) souffre d’un cancer. D’autres anciennes élites nord-coréennes semblent également souffrir (par exemple Kim Ki-nam né en 1929) ou Choe Thae-bok (né en 1930). Le seul qui semble maintenir la route est Kim Yang-gon (responsable des relations avec la Corée du Sud), Hwang Pyong-so (un pantin politique directeur du Bureau Politique de l’APC – à noter celui-ci porte soit des lentilles soit s’est fait opérer des yeux, depuis fort longtemps il ne porte plus de lunettes – « est-ce un signe de modernité » ?) ainsi que Choe Ryong-hae (maréchal de l’APC).
  • Il y’a de nombreux absents invisibles à l’ecran (comme O Il-jong, que j’attendais proche de Kim Jong-eun, comme Ma Won-chun l’architecte de Kim Jong-eun,…).

Pour une analyse approfondie de ces festivités, contacter moi via nicolas_levi@yahoo.fr

Advertisements

3 Comments

Laisser une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s